La chapelle de Sainte-Marie-aux-Anglais


Le journal dU CHANTIER DE LA restauration

Le projet de procéder à une campagne de travaux, afin de conserver la chapelle, naquit en 2013. Sa préparation administrative, technique et financière demanda trois ans et demi ; en effet, ce n’est qu’en décembre 2016 que toutes les autorisations furent obtenues.

Nous voudrions ici remercier les personnes qui ont beaucoup contribué à la progression de ce dossier :

M. Philippe Rochas
Direction Régionale des Affaires Culturelles
M. Arnaud Tiercelin
Direction Régionale des Affaires Culturelles
Mme Laurette Ridel
Maire du Mesnil-Mauger
Mme Olga Levêque
Mairie du Mesnil-Mauger
Mme Jessica Salzman
Mairie du Mesnil-Mauger
M. François Aubey
Conseiller général du Calvados, maire de Mezidon
M. Benoit Maffre
Architecte en chef des monuments historiques
Melle Floriane Grippon
Architecte des monuments historiques, diplomée d’Etat en architecture HMONP

Le projet s’est d’abord attaché à assurer le clos et le couvert de la chapelle, condition indispensable pour la pérennité des restaurations de la deuxième phase : la conservation des peintures et des décorations diverses. Les travaux sur le clos et couvert ont été divisés en deux tranches pour des raisons financières : tranche ferme (chœur et portail ouest) et tranche conditionnelle (nef et clocher).

Ce journal, composé de différentes parties, correspondant aux étapes successives de la restauration, sera complété au fur et à mesure de son avancement. Cliquez sur le nom d'une étape, pour y accéder directement.

Clos et couvert / chœur et portail ouest Mars à juin 2017
Clos et couvert / nef et clocher Septembre 2017 à  avril 2018

Clos et couvert / chœur et portail ouest (mars à juin 2017)



Nous ne pouvions pas décemment lancer les travaux à la mi-décembre, juste avant les fêtes de Noël et le début des périodes de grand froid.

Aussi la première réunion de chantier n’eut lieu que le 15 février dans une chapelle qui aurait pu servir de chambre froide ! Les débats furent menés par M. Benoit Maffre, architecte en chef des monuments historiques en charge du projet, et son assistante, Mlle Florianne Grippon, elle-même architecte diplômée.


Les représentants des cinq entreprises retenues étaient présents :
Maçonnerie : Pierre et Patrimoine
Charpente : Métiers du bois
Couverture : Société Falaisienne de couverture
Menuiserie :  Société Aubert Labannat
Décors polychromes : Société Lithos.

Participaient, également à cette première réunion un représentant de la mairie et des membres de l’association CCSMA.

Pour lire un compte rendu de cette réunion, cliquez sur la photo.



Pendant ce temps, l’espace de vie pour les ouvriers du chantier fut installé ainsi que les échafaudages autour des zones concernées.


La première tâche, avant tout coup de marteau, fut de s’assurer de l’adhérence des couches peintes sur les voutes. Elle demanda l’usage d’échafaudages roulants ou sapines.

Une intervention sur un secteur où des mousses se développaient fut réalisée par la même occasion.


Les maçons purent alors intervenir pour enlever les mousses des pierres, les gratter et remplacer celles qui étaient en trop mauvais état.



La croix qui se trouve au-dessus du portail ouest rappelle les croix celtes. Etant en fort mauvais état, elle a été remplacée à l’identique sur la base de ses vestiges et de dessins datant de la fin du XIXe siècle.

Un peu de patine et ce sera parfait !

Simultanément, l’équipe de couvreurs a déposé toutes les tuiles du chœur et a procédé à quelques interventions sur la charpente (refaite au début du XXe siècle). Elle a ensuite posé un sous-toit, sorte de bâche imperméabilisée qui va assurer l’étanchéité complète.



Mettre une gouttière classique aurait permis d’évacuer les eaux de pluie, en contribuant à assécher les murs mais elle aurait caché les modillons. Ce n’était pas envisageable.

L’architecte a opté pour une gouttière dite « nantaise » qui s’insère parmi les tuiles et évacue discrètement les eaux de pluie.




Essai de position, de pente...



Pose définitive

Pose des tuyaux de descente des eaux de pluie, amélioration du drainage avec tête de drainage dans le fossé autour de la chapelle, joints entre toiture et pignons, ces différentes tâches occupèrent couvreurs et maçons à l’arrivée du printemps.


Recherche et dépose de l’ancien drainage



Joint mur-toiture

Fin juin, les travaux de la première tranche étaient acceptés par l’architecte et par la commune, maître d’œuvre !


Clos et couvert / nef et clocher (septembre 2017 à avril 2018)

L'envol du clocher

Bien que le clocher ait été construit après le chœur et la nef, nous savions qu'il était en très mauvais état. C'était l'effet d’une étanchéité souvent défectueuse et de l’emploi de bois de qualité médiocre.  Sa restauration sur place étant impossible, il fallait le démonter. Ce clocher comporte un poinçon, axe de bois très long sur lequel s’appuient les poutres formant un cône. Un « allongement » du sommet du clocher ne pouvant être réalisé, il a fallu imaginer un bâti en tubes d’échafaudage, sur lequel faire reposer ce sommet,  afin d'y  travailler aisément sur sa structure.  L'objectif était  de poser la partie, nommée  « fut », qui joint la nef au sommet du clocher sur un camion, pour la transporter en atelier pour restauration. L’opération allait se faire par grutage du sommet puis du fut. Les charpentiers ont d’abord désolidarisé les différentes parties, puis ils ont installé des poutres  permettant le soulèvement de façon parfaitement verticale.


Positionnement de la grue



Vérifications des haubans et du dispositif de levage

Le 11 octobre 2017, le soulèvement du clocher pouvait commencer. Son « vol »  s'est poursuivi jusqu’à son aire de restauration, devant un public qui allait chaleureusement applaudir le travail de précision des charpentiers et du grutier.

Cliquez, sur l'une des photos précédentes, pour voir la vidéo du reportage réalisé par France3 Normandie.


C'est alors que fut découvert un nid de frelons dans le sommet du clocher. Ce nid allait retarder la dépose du fut et son départ vers l'atelier.


La charpente du XIIe siècle

Après l'enlèvement du clocher, un échafaudage ayant été monté dans la nef sans, bien sûr, toucher aux murs, nous allions pouvoir découvrir la charpente d'origine.




Le trou laissé par le clocher a été couvert par un « parapluie » de 50 m² environ.


Présentons cette charpente : sur un plan en 3 dimensions réalisé par l’entreprise « Les métiers du bois », nous voyons bien sa structure et, en rouge, les parties qui, selon celle-ci, sont à remplacer.



Nous sommes étonnés de voir que la charpente a été réalisée avec des arbres à peine équarris. Parfois, comme l’aubier a été mangé par les vers de bois, ces poutres semblent bien minces ; cependant, elles tiennent depuis plus de huit siècles alors que les parties des poutres réparées il y a 30 ans sont à enlever et à remplacer. Ceci est dû à la qualité des assemblages, chacun  ayant  été réalisé, après réflexion,  de manière à tenir compte de la forme des poutres. Une évolution du type d’assemblage peut être remarquée : les poutres en hauteur sont assemblées d’après l’ancienne méthode dite à « mi-bois avec ergot » ; celle-ci, afaiblissant trop la poutre qui travaille en flexion, n'a  plus été employée après 1150 ou 1200.

Les assemblages au niveau de la panne sablière (au dessus des murs) mettaient en œuvre la nouvelle technique à « tenon et mortaise » qui allait s’imposer.

Cette chapelle était donc un lieu d’expérimentation pour le maître d’œuvre ! Dans le chœur, il n’y aurait plus, à l'avenir, que des assemblages à tenon-mortaise.

Bel exemple d’assemblage à
mi-bois avec ergot

Essai d’assemblage par tenon et mortaise


Jambe de force du XIIe siècle

Jambe de  force bien

restaurée


Jambe de force ayant déjà éclaté

Cette voute, vieille de plus de 800 ans, a été faite de bois recourbés ou « tors », assemblés à mi-bois avec ergots. La photo suivante confirme que le clocher a  été ajouté plus tard. La panne faitière a, alors, été coupée pour placer le clocher.



L'examen du  clocher et le début de sa restauration

Le haut du clocher et les restes du nid des frelons, qui s'y étaient logés


Restauration d’une « enrayure » ou plate-forme sur laquelle s’appuient les poutres formant cône

L'architecte en chef des monuments historiques et le chef charpentier, devant la pointe du clocher restaurée. 

Elle va être couverte de plomb avant de recevoir le coq et le paratonnerre.


Bel exemple de greffe sur une poutre supportant le clocher



Pourrons-nous, un jour, remettre une cloche ici ?


Décembre 2017 : le coq quitte son perchoir après un siècle de bons services



Suite de la restauration de la charpente


Les charpentiers ont bien avancé, en respectant les assemblages anciens.

Bonne restauration de la jambe de force !



Un des principaux artisans de ce beau travail !





On commence à parler de décoration des lambris.


Le retour du clocher

26 janvier 2018 : la tempête s’étant calmée, le clocher peut être remis en place.


D'abord le fut.


Puis la pointe.


C'était un travail très précis, mené par le grutier depuis sa cabine, et par les charpentiers sur la plate-forme de réception.

Le clocher est définitivement reposé.


Les derniers travaux de la première phase du chantier de la restauration

La couverture du toit

Il reste à raccorder les ardoises du clocher aux tuiles de la nef et, dans le toit de la nef, à poser une gouttière nantaise qui éliminera les eaux de pluie, tombant jusqu'à présent au pied de la chapelle.



Les merrains

Il ne reste qu’une petite partie des merrains du XVIe siècle ; il faut donc les compléter par de nouveaux merrains, qui auront la même couleur, un peu blanchâtre, et y reproduire la décoration, constituée de « petits ronds » noirs et d’un trait rouge.


Monsieur Maffre a été satisfait par le résultat du traitement du tanin du bois par un mélange d'eau oxygénée et d'eau de Javel.



La décoration du plafond de la chapelle


Aucun procédé n'ayant, toutefois, donné entière satisfaction pour teindre les planchettes, afin d'uniformiser leur couleur, il a été décidé de les répartir de manière à éviter des zones trop uniformes, claires ou foncées.

Nous pouvons espérer qu’avec les années une patine rendra les nouvelles planchettes très comparables aux anciennes.

Des « petites mains » se sont mises à l’ouvrage pour reconstituer le décor ancien à l’identique :  les décoratrices ont peint des petits ronds irréguliers, semblables aux anciens.



Après l'enlèvement des échafaudages, le nouveau plafond de la chapelle est apparu !


Rénovation de la porte nord

Pendant ce temps, les maçons ont gratté les pierres de la nef et remplacé celles qui étaient en trop mauvais état.

La rénovation la plus impressionnante est celle de la petite porte nord, par laquelle entraient les futurs baptisés.

 Association CCSMA